lundi 23 janvier 2023

« Femme, vie, liberté ». Heu pardon « Femme, OQTF, rétention ».

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

lundi 30 janvier, 18h-19h pl. Kléber

Rejoignez-le, même quelques instants


Ce mois-ci (sans exhaustivité aucune, et en seulement 3 semaines) :

1 – L’enfermement administratif est une horreur : paroles de femmes du Mesnil-Amelot.

2 – L’enfermement administratif permet des horreurs : expulsions vers la Syrie, l’Afghanistan, l’Iran (inclus : une préfecture se paye notre tête —et celle d’une femme qui risque sa vie—, un grand raffinement dans l’odieux).

3 – L’enfermement en ZA aussi est une horreur : visite d’un sénateur à la ZA de l’aéroport de Bâle-Mulhouse.

4 – L’enfermement administratif et l’impunité policière donnent lieu à des horreurs : deux scélératesses policières (les auriez-vous imaginées ?).

5 – L’enfermement administratif tue : deux tentatives de suicide en une semaine au CRA de Rennes.

6 – La propriété est un droit inviolable et sacré. Deux vidéos de 5 secondes.

7Un homme s’est suicidé à Calais.

Et nous terminons par Aimé Césaire.


1 – Les personnes en rétention n’ont presque jamais la parole. Vous pouvez lire ici celle des femmes du CRA du Mesnil-Amelot (=Roissy) :

https://abaslescra.noblogs.org/greve-de-la-faim-au-batiment-des-femmes-du-cra-du-mesnil-amelot/#more-3511

mercredi 28 décembre 2022

Frontex complice d'enfermement illégal - l'horreur ordinaire de la rétention en 2022

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

vendredi 30 décembre, 18h-19h pl. Kléber

Rejoignez-le, même quelques instants


1 – Plusieurs documents de journalistes révèlent des violences d’État très graves aux frontières de l’Union Européenne. Souvent, l’agence européenne Frontex est complice. Au demeurant, elle aide et finance les polices des frontières dans les pays impliqués.

2 – La Cimade a rassemblé, en fin d’année, quelques faits relevés en rétention cette année. La rétention doit cesser.

Mais voici ici un témoignage plus réjouissant (si on veut) de revendication féministe dans un CRA : https://paris-luttes.info/on-est-plus-fortes-ensemble-que-16467.

Nous signalons au moins quatre morts dans la Manche le 13-14 décembre, et un mort en rétention en Italie.

lundi 28 novembre 2022

Immigration : un débat en décalage complet par rapport aux réalités (F. Héran)

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

mercredi 30 novembre, 18h-19h pl. d’Austerlitz.

Rejoignez-le, même quelques instants


Notez le changement de lieu, à cause du marché de Noël.

Ce mois-ci nous indiquons seulement quelques liens, pas du tout exhaustifs.


- Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), de plus en plus délivrées depuis la loi de 2018, la Cimade crée de petits podcasts-témoignages. https://www.lacimade.org/podcasts/


- Les éléments d’enquête sur le naufrage d’un bateau gonflable dans la Manche le 24 novembre 2021 semblent accablants pour les services de secours français, sollicités des dizaines de fois par téléphone par des naufragés. Le Monde s’en est fait l’écho. Ces services demandaient aussi depuis deux ans, en vain, des moyens supplémentaires.

Mais l’accord franco-britannique signé le 14 novembre ne fera qu’augmenter le danger et le risque de mort. https://www.gisti.org/spip.php?article6928.


- La « zone d’attente » ad hoc créée pour enfermer les personnes débarquées par l’Ocean Viking à Toulon a rappelé l’existence de ce dispositif. Les conditions d’accès aux droits y étaient scandaleuses, voir ici : https://www.gisti.org/spip.php?article6919 . Finalement presque toutes ces personnes ont été libérées par la justice, l’enfermement était illégal.


- La police lacère au couteau des bateaux gonflables utilisés pour traverser la Manche, dont un qui avait déjà quitté le rivage.

https://www.streetpress.com/sujet/1667994002-calais-autorites-lacerent-zodiacs-bateaux-exiles-migrants-noyade-couteaux-pull-backs-non-assistance-danger


- Le 7 novembre, un jeune homme homosexuel de Guinée Conakry a été expulsé vers ce pays, où l’homosexualité est illégale, malgré une forte mobilisation ici pour lui depuis trois ans. Lors de sa demande d’asile il y a trois ans, il n’avait pas osé l’évoquer. Depuis, il était soutenu par une association de défense des droits des personnes LGBT. L’OFPRA a refusé le réexamen de sa demande.

https://twitter.com/elodie_herve/status/1589552109984550914


- « En Île-de-France, la situation des femmes étrangères sans papiers et de leurs bébés est extrêmement préoccupant » dénonce un collectif le 28 novembre dans le Monde : « Le dernier rapport de Santé publique France précise que la proportion de femmes sans abri ayant accouché en Île-de-France est passée de 5,8 % en 2010 à 22,8 % en 2019. Les plus exposées sont les femmes étrangères les plus récemment arrivées. »

https://www.icmigrations.cnrs.fr/2022/11/28/collectif-le-monde-28-nov-2022/


- François Héran, professeur eu Collège de France, dénonce une nouvelle fois le « décalage complet [du] débat public sur l’immigration en France, par rapport aux réalités de base ». « Si le gouvernement actuel ne partage pas cette idéologie nationaliste et isolationniste, il est temps pour lui de la combattre en changeant résolument de récit. », dit il. (Tribune longue et précise, 8 novembre 2022)

https://www.icmigrations.cnrs.fr/2022/11/17/francois-heran-le-monde-8-nov-2022/
Sur ce sujet on peut aussi voir cette petite émission d’
Arte.

https://www.arte.tv/fr/videos/101941-005-A/ou-migrent-les-humains/


- La France est à nouveau mise en cause devant la CEDH pour avoir contraint un demandeur d’asile à vivre pendant deux ans « dans une situation d’extrême dénuement sans hébergement ni aide financière » (ni droit au travail). La France a déjà été condamnée pour le même motif.

https://hudoc.echr.coe.int/fre#{%22itemid%22:[%22001-221447%22]}


mercredi 26 octobre 2022

Des journalistes filment le CRA de Vincennes

Prochain cercle de silence de Strasbourg

dimanche 30 octobre, 18h-19h pl. Kléber.

Rejoignez-le, même quelques instants


Ce mois-ci, liste pas du tout exhaustive de faits marquants :

a) une vidéo rare, tournée par des journalistes dans un CRA,

b) le rapport accablant de l’OLAF sur la complicité de Frontex dans des refoulements illégaux,

c) la distribution de nourriture à nouveau légale à Calais ! (victoire au tribunal),

d) des exemples édifiants de maltraitance administrative ordinaire.


a) Des journalistes de Streetpress ont pu tourner des images en visite impromptue au Centre de Rétention de Vincennes. De telles images sont très rares. La vidéo dit en 6 min beaucoup sur les CRA. À voir et à faire voir :

https://www.youtube.com/watch?v=ExNSueGJMdQ

Des Centres de Rétention vont être ouverts à Orléans, Bordeaux et en région parisienne. Avec les ouvertures récentes, cela fera passer le nombre de places en CRA de 1 069, en 2017, à 2157.

vendredi 30 septembre 2022

La violence de la rétention, encore. Des fonctionnaires de police qui refusent la chasse aux étrangers.

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

vendredi 30 septembre, 18-19h, place Kléber

Rejoignez-le, même quelques instants


Parmi les quelques faits marquants de septembre, nous vous parlons :
A. d’enfermement,
B. de fonctionnaires de police ou gendarmerie qui refusent de faire la chasse aux étranger·es, dans la vallée de la Roya,
C.
de l’interdiction de distribuer nourriture et boisson à Calais, contestée en justice.

A. L’enfermement en rétention, ou aux frontières, est le cœur de la protestation des cercles de silence. Leur violence s’accroît sans cesse.

Si vous ne lisez qu’une seule chose sur cet enfermement, ici le compte-rendu d’une révolte le 25 août au Centre de rétention du Mesnil-Amelot (aéroport de Roissy) : https://www.streetpress.com/sujet/1663245604-emeute-violences-policieres-centre-retention-mesnil-amelot-cra-etrangers-mauvais-traitement

jeudi 26 mai 2022

« Aujourd'hui, même la rue nous est interdite. »

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

lundi 30 mai, 18h-19h pl. Kléber.

Rejoignez-le, même quelques instants


L’arrivée, dans de bonnes conditions, de nombreux réfugiés ukrainiens, (environ 70 000 actuellement en France) prouve que l’accueil est parfaitement possible. Il est simplement une question de volonté ; son contraire est une question de peur et de racisme.

(Le tri ethnique illégal devient d’ailleurs particulièrement visible. Un exemple de témoignage : « Hier soir, un bénévole de Grande-Synthe appelle le 115 pour une famille de 6 personnes dont un bébé à la rue : ‘pas de place’. Le 115 rappelle le bénévole : ‘pardon, j'ai oublié de vous demander, elles sont ukrainiennes ?’ ». Discriminer devient la règle.

https://twitter.com/Utopia_56/status/1527227044781867009 )


Dans une tribune, des étrangers en situation difficile se révoltent : « Nous voulons les même droits ». https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/200522/ambassade-des-immigres-nous-voulons-les-memes-droits-et-la-meme-consideration-que-les

Un extrait : « Nos histoires sont les mêmes. Nous, les immigrés, n'avons pas trouvé le droit de vivre dans nos pays.

Comme tout le monde, nous aurions aimé travailler, étudier et apprendre.

Nous n'avons jamais voulu partir. […]

Aujourd'hui, même la rue nous est interdite.

La police vient à 3h, à 4h du matin. Ils attendent que nos tentes soient vides puis nous gazent et [les] lacèrent pour qu'on ne puisse pas y retourner. »


Nous annoncions aussi oralement au dernier cercle la démission du français Fabrice Leggeri de la direction de Frontex. Des preuves commencent à se faire que l’agence a couvert, en connaissance de cause, la pratique intense de refoulement illégaux vers la Turquie par la Grèce, de personnes parvenues sur son sol : remorqués et abandonnés en mer sur des canots sans rame ni moteur. L’Office anti-fraude de l’UE a ouvert une enquête. Le Parlement Européen a refusé de voter son quitus au budget 2021 de Frontex. Ce podcast de 15min résume par exemple l’affaire.

https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2022/05/19/migrants-abandonnes-en-mer-l-agence-frontex-complice_6126729_5463015.html


Ce mois de mai a vu aussi arriver plusieurs nouvelles brèves, toutes assez importantes.

dimanche 27 février 2022

Situation en mer Méditerranée : quelques événements récents

 

Prochain Cercle de Silence de Strasbourg

lundi 28 février, 18-19h place Kléber
Rejoignez-le, même pour quelques instants


Situation en mer Méditerranée :
quelques événements récents

 
1. Grèce  : février 2022
Les autorités turques ont déclaré avoir trouvé 19 corps de migrants, morts de froid près de la frontière grecque mettant en cause Athènes dans ce drame. Selon Ankara, ces migrants ont été dépouillés de leurs vêtements et repoussés par les garde-frontières grecs, ce qu'Athènes a démenti.
Selon la police grecque, environ 700 personnes ont défilé de la place Omonia, dans le centre d'Athènes. Les manifestants ont crié leur colère contre
« l'assassinat de migrants à la frontière. » 
(Source AFP et
Figaro)
 
2. Libye : 18-19 février 2022
Dans la nuit de vendredi 18 à samedi 19 février 2022, les garde-côtes libyens ont tiré à balles réelles sur une embarcation composée d’environ 80 migrants, dont des femmes et des enfants tuant une personne et en blessant au moins trois autres, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM). Les exilés tentaient d’éviter une interception en mer, synonyme d’un renvoi en Libye.
L’agence onusienne réclame l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur cet "incident" et sanctionner les responsables.
(Source
Info migrants)
 

Point sur les centres de rétention administrative

Durant la pandémie du covid, des centaines d'étrangers sont demeurés enfermés dans les centres français de rétention administrative (CRA) alors que les vols vers leur pays d'origine étaient quasi inexistants.
Le rallongement de la durée maximale de rétention (de 45 à 90 jours), instauré dans la loi Asile et immigration de 2018, qui a conduit à banaliser ces modes d’enfermement permet d’aller vers une forme de criminalisation de l’immigration.
La multiplication des lieux d’enfermement s’accompagne d’un « 
durcissement aux frontières du droit », selon un responsable de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE). Les « placements abusifs" ont provoqué un sentiment d'injustice « de plus en plus fort » chez les étrangers enfermés. Ils « se traduisent par des actes extrêmes, tels que automutilations, grèves de la faim, départs de feu etc. »
La création de trois nouveaux centres en région de Bordeaux, près d’Orléans et à Mesnil Amelot (extension du centre actuel) portera à 2 157 le nombre de places en CRA, contre
1 069 en 2017.
(Source Cercle de silence de Wissembourg)
 

Point sur les zones d'attente

Dans une tribune publiée lundi 17 janvier sur le site internet de Libération, un collectif de membres associatifs, d'intellectuels et de personnalités a appelé à fermer les "zones d'attente" aux frontières, espaces clos de surveillance, de contrainte et de privation de liberté pour empêcher les demandeurs d’asile qui ne répondraient pas aux conditions d’entrée ou de séjour de pénétrer sur le territoire français. La police qui estime que les personnes représentent « un risque migratoire », les trie, les enferme, ou les renvoie. A leur arrivée en ZA, sont confisqués passeport et smartphone. Il ne leur reste que les cartes de téléphone payantes pour appeler un avocat, une association ou des proches. Alors qu’ils ne comprennent ni la langue, ni les lois, ils vivent dans l'angoisse, ne peuvent pas se soigner, ne mangent pas à leur faim, dorment dans des locaux insalubres ou aux conditions d’hygiène dégradées et sont empêchés d’entreprendre des démarches de demande d’asile.

L’Anafé (Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers) ainsi que 125 organisations dénoncent dans une tribune : «Par leurs pratiques, les autorités françaises violent quotidiennement les droits fondamentaux au nom d'une obsession de l'enfermement. Se mobiliser contre l’enfermement administratif des personnes étrangères est devenu une nécessité pour garantir leur sécurité, leur santé physique et mentale, voire leur vie. C’est aussi une nécessité civique et politique ».

Le Cercle de silence de Strasbourg appuie cette demande