mardi 17 mars 2020

VIDEZ LES CRA !


En raison de l'épidémie, le cercle de silence de mars à Strasbourg est annulé.

Vous pouvez cependant agir pour les étrangers et étrangères ce mois-ci : en signant cette pétition (cliquer) pour la fermeture des Centres de Rétention pendant l'épidémie.

L'État (préfectures, OFII, OFPRA, CNDA) suspend ou restreint fortement son activité administrative pour les étrangers, sauf :
  • l'enregistrement des demandes d'asile, obligation issue des Conventions de Genève,
  • et bien sûr les OQTF (Obligations de Quitter le Territoire Français) et les enfermements en CRA (Centre de Rétention Administrative) qui y sont liés. Expulser reste une priorité même en ce moment. Nous sommes fous.

L'État nous demande de nous isoler mais continue d'arrêter des gens et de les contraindre à vivre enfermés entassés en grands groupes dans les CRA. C'est un scandale, et une absurdité sanitaire pour tout le monde.

En outre, la fermeture des frontières et/ou des liaisons aériennes rend les expulsions impossibles. Or l'unique justification de la rétention est de bloquer les gens pendant la préparation de cette expulsion.

Au CRA de Lille-Lesquin, un cas de virus COVID19 a été détecté. La personne a été évacuée. La police gérant le centre porte masques et gants, les retenus n'ont rien. L'association mandatée pour assurer l'assistance juridique a exercé son droit de retrait —avec raison, mais les retenus ne peuvent donc plus faire valoir leurs droits !

Une partie des retenus a arrêté de manger depuis trois jours pour protester : « on préfère mourir de faim que de cette merde ! » ; ils publient un communiqué (dont nous venons d'avoir repris les informations).

Précisions si vous voulez aller plus loin. 1. À Bordeaux, le Juge des Libertés et de la Détention vient finalement d'ordonner la mise en liberté de tout le monde.
Le comportement des juges peut varier.
Même quand l'expulsion reste possible, on crée un risque de contagion vers des pays particulièrement pauvres et peu armés médicalement. C'est un motif utilisé par la Cour d'Appel de Paris, se fondant sur les demandes de l'Organisation Mondiale de la Santé, pour réformer le jugement de première instance (tribunal judiciaire de Melun) prolongeant une rétention sur demande du préfet de Seine-st-Denis (arrêt : page1, page2).

2. La dernière loi (sept. 2018) loi permet la rétention de personnes en procédure Dublin, sans encore qu'une mesure d'expulsion ait été prise envers elles. L'État continue d'enfermer des gens sous ce motif (source).

3. Tout cela engendre des audiences devant des juges (en première et deuxième instance, car avec avec des appels —suspensifs— du parquet ou des préfets, l'État s'acharne). Voici un compte-rendu sur l'une d'elles : des personnes à 50 cm les unes des autres dans une salle petite, pas de masques, pas de SHA, pas de gants, pour personne : juges, policiers, avocat(e)s, retenus. Les retenus (barrière de la langue ?) n'ont jamais entendu parler des gestes barrières, de la distance de sécurité (source). Notre politique envers les étrangers rend fou : c'en est une preuve de plus.

STOP !

4. Au Centre de rétention d'Hendaye la justice, pour cause d'épidémie, tient ses audiences par vidéo (source).
On interpelle physiquement.
On enferme physiquement.
On expulse physiquement.
Mais on en juge par vidéo.

Ceci révolte les entrailles de l'auteur de ces lignes. L'habeas corpus ne dit pas CORPUS pour rien. Que l'État ne mette pas la main sur la chair et les os des gens sans au moins un jugement en chair et en os.

5. Enfin, dans les camps grecs (Lesbos etc.) la situation est semblable à une échelle bien plus grande. On va vers une explosion de la maladie. Tous nos pays s'en lavent les mains (c'est le cas de le dire). C'est un scandale européen.

Il y aurait beaucoup d'autres choses à dire, notamment sur le délai de latence (3 mois) de la couverture médicale pour les demandeurs et demandeuses d'asile (décret du 1er janvier, voir notre message de janvier), qui se révèle une merveilleuse idée avec l'épidémie, sur le sort des innombrables personnes laissées à la rue, dont beaucoup d'étrangers et étrangères, sans accès à l'hygiène et ne pouvant se prémunir du virus, ou sur les étrangers blessés ou tué par les Grecs avec les… félicitations des autres pays de l'UE, mais ce message est déjà suffisamment long.

Prenez soin de vous, et de tout le monde collectivement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire