dimanche 26 janvier 2020

Bonne année. Et bonne santé !


Prochain cercle de silence de Strasbourg
jeudi 30 janvier 2020, 18h-19h pl. Kléber
Rejoignez-le, même quelques instants.

Le gouvernement souhaite une bonne année aux demandeuses et demandeurs d’asile. Et surtout, la santé !
À partir de ce mois de janvier 2020 leur couverture santé ne débutera qu’après un délai de 3 mois, suite à un décret du 30 décembre 2019 (dont voici le texte mais il faut arpenter le Code de la Sécurité Sociale pour comprendre).
Ce sont des gens souvent abîmés. Que les soignants retrouveront trois mois plus tard, dans un état pire.
Rien ne justifie ça.
La santé publique en pâtira. Les urgences sont engorgées ? Les finances des hôpitaux difficiles ? Elles le seront davantage. Des contagions évitables ne seront pas évitées. Il faut savoir faire des sacrifices pour faire mal aux indésirables.
De nombreux soignants ont protesté contre ce projet (et un autre, voisin). Trente-deux associations (dont MSF, MDM) ont solennellement communiqué ici  et plus de 6000 personnels de soin ont signé .
Le gouvernement ne leur a apporté aucune réponse et, le 30 décembre, a publié le décret laconique.
Il est du racisme pur. La honte, la honte.
En outre il dit à l'extrême droite : vous avez raison. Ces gens sont une menace et une charge.
Ce sont juste des humains. Le décret dit : ils ne méritent pas d’être traités comme tels.
Accréditer les mensonges de l'extrême droite produira une gagnante : l'extrême droite.
NB 1. Trois mois, c’est le temps dont ces gens disposent pour construire leur dossier de demande d’asile. Ils le feront désormais sans accès aux soins. Et si leur santé, physique, mentale, est mauvaise ? Qu’ils crèvent.
NB 2. Le décret contrevient probablement au droit européen de l’asile, qui prévoit un accès à des soins (le gouvernement, cette zone de non-droit). Il sera contesté.
Bonne année. Et bonne santé* !
*Offre limitée à certaines catégories de personnes. Voir conditions en préfecture.


Nous ajoutons quelques brèves.
En 2019, l'ONU (via l'Organisation Internationale pour les Migrations) a dénombré au moins 1090 personnes mortes en Méditerranée. Elle indique aussi que, avec l'arrêt par les États européens de leurs opérations (Sophia) de patrouille en mer, et leur entrave de celle des associations de secours, ce chiffre est probablement très sous-évalué : de nombreux naufrages sont sans doute passés inaperçus.
En 2019 quatre personnes sont mortes en tentant de traverser la Manche dans des bateaux de fortune.
Nous faisons mémoire d'Ani Guibahi Laurent Barthélémy, Ivoirien de 14 ans retrouvé mort le 8 janvier dans le train d’atterrissage d’un avion à Roissy.
L'expulsion d'une Afghane de 19 ans ayant réussi à fuir son pays et un mariage forcé là-bas a été planifiée par la France début janvier. C'est l'action associative qui a révélé la situation et lui a permis in extremis de demander l'asile —qu'elle vient d'obtenir. Entre-temps, le ministère, alerté, n'avait bien sûr pas bougé. Cette histoire est révélatrice de la manière dont notre pays s'arrange pour que les droits garantis par la loi restent théoriques. Vous pouvez en regarder le court récit dans cette vidéo. Une seule chose compte en fait : expulser.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire