lundi 26 février 2024

La double-face de la France sur la rétention des enfants

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg

jeudi 29 février, 18h-19h pl. Kléber

Rejoignez-le, même quelques instants


Frontex a communiqué à la Libye la position de milliers de bateaux en détresse repérés par sa surveillance.

Le 13 janvier, l’Algérie a expulsé 2000 personnes en les abandonnant en plein Sahara, à la frontière nigérienne. C’est une pratique courante mais jamais vue à cette échelle.

La France a effectué une vive pression auprès des autres États de l’UE depuis 2020 pour obtenir la légalisation de l’enfermement des enfants aux frontières de l’UE. Au mépris de la Convention internationale des droits de l’enfant, selon de hauts diplomates de l’ONU.

Le Conseil d’État, suivant une décision de la CJUE, a enfin constaté l’illégalité des enfermements-refoulements aux frontières françaises hors de tout cadre légal, depuis 2015.

La dernière loi immigration a interdit l’enfermement des enfants en rétention (après 12 condamnations pas la DECH : enfin). Devinez comment le Ministre de l’Intérieur y donne suite dans sa circulaire d’application…

Loiret : un nouveau Centre de Rétention ouvre, avant qu’il ne soit vraiment fini.

La France expulse vers Haïti à répétition, depuis les Antilles. La CEDH suspend en urgence, à répétition. La France continue.

Manche : le point sur les centaines de morts depuis 25 ans.

Au Royaume-Uni, le jeune qui tenait la barre d’un petit bateau naufragé dans la manche condamné pour homicide involontaire.

Ousmane Sylla, Guinéen de 22 ans, se pend en rétention en Italie.

 Nous développons.

samedi 27 janvier 2024

Loi Immigration

 

Prochain cercle de silence de Strasbourg 

mardi 30 janvier, 18h-19h pl. Kléber

Rejoignez-le, même quelques instants

La loi du 19 décembre : tout faux !

Le vote de la loi du 19 décembre a été un événement grave qui marque un aboutissement et deux ruptures. Il marque l’achèvement dans la loi et le discours du chef de l’état et du gouvernement de l’immigré des personnes immigrées comme danger face auquel on se défend avec un bouclier (cette loi) ou par un mur (adoption par le Conseil européen du pacte migratoire). Ce thème a été martelé par les partis d’extrême droite et de droite extrême et leurs medias inféodés. L’instrumentalisation nauséabonde systématique d’un certain nombre de faits divers dans la presse, les chaînes d’info continue et les réseaux sociaux a de plus manipulé l’opinion publique et quelques sondages « opportunistes » ont amené des dirigeants politiques de plus en plus radicalisés à affirmer que ce projet de loi rédigé par le Sénat (qui n’est décidément plus une assemblée de sages) était voulu par la majorité du peuple.